Trauma est un jeu de rôle contemporain créé par Dominique Granger et Frédéric Leygonie.

Initialement édité en 1986 dans la revue Chroniques d'outre-monde, il fut édité en livre à couverture dure par Aujourd'hui Communication en 1988 (72p, 149 FF).

Il a été traduit et édité en anglais en 1991 par Darcsyde Productions (Melbourne, Australie).

Des scénarios et aides de jeu étaient publiées régulièrement dans les Chroniques.

Le maître du jeu s'appelle le « Grand Traumato ».

Le monde dans lequel se déroule le jeu est le monde contemporain, celui des années 1980 à l'époque (un des scénarios mentionnait notamment la couleur des feux des voitures pour distinguer une voiture française, à phares jaunes, d'une voiture allemande, à phares blancs).

Le jeu se réclame d'un certain réalisme social.

Les scénarios sont purement fictifs, et les aventures vécues ont peu de chance d'arriver à un quidam (les personnages sont en général en prise avec des organisations criminelles) ; cependant le cadre, les personnages, le matériel… sont conformes à la réalité.

Trauma utilise un système de jeu à compétences et table unique de résolution.

Dans la version initiale de la revue, il était possible de s'incarner soi-même.

Cette possibilité a été supprimée de la version livre, seuls des personnages aventureux et un peu hors du commun sont acceptés (par exemple grand reporter, inspecteur de police, détective privé, pilote d'avion ou d'hélicoptère, mercenaire, truand, aventurier…).

J'ai découvert Trauma au lycée, et ça a été un choc, ce jeu simple et efficace est vite devenu notre chouchou.

Tant et si bien que je l'ai décliné en version "Troma Postapocalyptique", pour une campagne d'une décennie comme Grand Traumato ! ;)

Mais j'ai aussi adapté son système de niveaux de difficultés à mes règles de Méga IV...

En tant que simple joueur, j'ai joué à Trauma au club de jeux de rôle du lycée, et j'en garde d'émouvants souvenirs de franche poilade, avec des potes devenus des amis pour la vie, avec qui je joue encore 30 ans plus tard !...

 

Mon PJ se nomme NACER TORNAXITH.

 

Nacer est un beur de 24 ans, voyou, punk, destructeur, une vrai kaïra ! ;)

Obsédé sexuel et borné, il fonce toujours avant de réfléchir.

Lourdés par des parents en zonzon, il est recueillis par des rastas dans un HLM très crade.

Les blancs lui lâchent pas la grappe, alors il leur taille souvent le portrait au cran d’arrêt.

Il se fait du fric au "bois des PD" mais comme ce plan pue le kramé, il abandonne et zone dans les rues.

Il devient junkie avec une bande d'autres loosers drogués, ce qui aboutit à son état mental actuel... irrécupérable ! ;)

Il devient ensuite garde du corps d'un chef de bande de péquenauds toujours en baston avec d'autres pouilleux, et participe à divers casses.

Il rencontre ses 3 potes de galère avec qui l'aventure commence...

A partir de là, le JdR va démarrer, dans une ambiance libertaire des plus anarchiques, où la logique est abandonnée au profit du fun, et la morale à celui des délires défoulatoires les plus barrés ! :)

Ce perso était une catharsis de notre vie d'ado en banlieue parisienne, et une façon de se lâcher totalement en jeu de rôle, amenant souvent le scénario bien loin des prévisions du MJ... d'ailleurs notre aventure en Trauma a même fini par déboucher sur une campagne d'Empire Galactique, lorsque nos nigauds de kaïras ont été sélectionnés pour le labyrinthe truffé de pièges d'un savant fou, puis carrément enlevés par des aliens en soucoupes volantes !!!

Que de souvenirs, que de bonnes rigolades... c'est ça aussi le JdR.

 


 

J'avais aussi un autre personnage, dont je n'ai pas retrouvé encore la fiche, il s'agissait d'un tueur professionnel avec une couverture de curé (sa partenaire se faisant passer pour une bonne sœur).

Ce personnage a été tué dés le début de sa première partie, après 2 heures de création de PJ, seulement 2 heures de jeu, et PAF ! :)

Et toute la table des joueurs y est passée (faut dire aussi que le MJ Philippe Monnin débutait), on a tellement été traumatisés par cette expérience qu'à l'époque j'en avais dessiné une mini-BD :

 

 

Retour