Londres, en 1889, est la capitale enfumée d'un vaste empire empire connu sous le nom de Pax Britannica et regroupant la Grande-Bretagne, la France, le Portugal et la majorité des pays du Commonwealth.

D'autres puissances se sont unifiées pour faire front contre l'impérialisme de la reine Victoria : l'Alliance (dominée par les Etats-Unis d'Amérique), le Triax (placé sous la coupe de Bismarck dans l'Allemagne prussienne) ou encore l'Empire Russe, chaque clan comptant ses propres colonies un peu partout dans le monde.

La guerre fait rage dans certaines régions, comme le front scandinave où Pax Britannica et Empire Russe se livrent à un véritable massacre. 

Parallèlement à la politique, la vapotechnologie a fait son apparition depuis quelques années, multipliant par cent l'impact sur la société de l'époque de la révolution industrielle.

Grâce à des chaudières portatives, l'humanité a désormais accès à une puissance énergétique illimitée.

Miniaturisées et commercialisées par Sir Rupert Stockwell, citoyen britannique, les célèbres chaudières Stockwell font la renommée de la vapotechnologie de Sa Majesté, et sa suprématie.

Mais elles étaient aussi des brèches entre notre monde et un au-delà cauchemardesque.

De cet "ailleurs" survinrent alors les Horreurs, des entités malveillantes qui prennent l'apparence de proches disparus pour mieux duper l'humanité.

Cette dernière était donc en péril.

Stockwell voulut colmater la brèche qu'il avait contribué à ouvrir avec ses chaudières et il devint un chasseur de fantômes.

Mais pour une improbable raison, la reine Victoria le mit hors-la-loi et le fit rechercher.

Les élucubrations d'un savant ne pouvaient mettre à mal la domination britannique sur le monde ; et les chaudières Stockwell y contribuaient. 

Sir Rupert Stockwell, exilé en France, décida de former des chasseurs d'un genre nouveau, traquant les ombres de la vapotechnologie, les SteamShadows.

Ils sont réunis au sein d'Arcades et sont appelés les Initiés, avec une identité secrète pour se protéger des forces de police : par décret de la reine, porter atteinte à l'apparition d'un spectre est désormais un crime...

Steamshadows est donc un jeu de rôle mêlant steampunk, horreur, enquêtes dans un monde complexe en pleine ébullition et action débridée.

 

Les personnages des joueurs peuvent être créés de toute pièce ou à partir d'un archétype parmi l'aristocrate, le baroudeur, le combattant, le furtif, l'intriguant, le vapotechnologicien, l'inquisiteur et l'ésotériste.

La création de personnage repose sur la dépense de points de création permettant d'acheter des valeurs de caractéristiques, des compétences, mais aussi du matériel.

Ces personnages sont définis par des caractéristiques physiques (Force, Dextérité, Endurance, Vitesse, Perception), mentales (Savoir, Logique, Volonté, Empathie et Intuition) et ésotériques (Sagesse, Fusion, Résistance, Impulsion et Conscience).

Elles sont notées de 1 à 5.

Le jeu propose aussi un système de qualités et de défauts.

Le choix des compétences permet d'affiner les connaissances et les talents du personnage (de 1 à 4).

La création de personnage définit aussi l'influence du personnage (chose importante dans la société britannique) et ses ressources.

La résolution des actions se fait par un test à base de lancer d'un dé à six faces (D6), auquel on ajoute la valeur d'une caractéristique et d'une compétence.

Les difficultés sont exprimées à l'aide de tableaux rassemblant toute une série de valeurs pouvant être exprimées en poids, en distance, en hauteur, en valeur, etc...

La clé du système réside dans l'utilisation de la vapotechnologie.

Ainsi, il est possible d'affiner les réglages d'une chaudière pour en tirer un meilleur rendement et accroître les performances de l'outil, de l'arme ou du véhicule concerné.

On fait pour cela appel à la réserve de dés de chaque personnage qui va du D8 au D20.

Les joueurs peuvent décider de mettre tout ou partie de leur réserve en commun, représentant les petits conseils que les personnages peuvent se donner entre eux dans le réglage de leurs chaudières.

Il est donc possible de remplacer le D6 vapotechnologique de base par un D20 et ainsi réaliser des prouesses dignes des super-héros.

Le Maître du Jeu dispose aussi d'une réserve visible.

Lorsque surviennent des échecs critiques, il peut piocher dans la réserve des joueurs afin de limiter leurs coups d'éclat, ce qui pousse les joueurs à ne pas tout garder pour la scène finale.

Le combat fonctionne de la même manière, avec possibilité de viser une partie précise en augmentant la difficulté.

 

Mon PJ se nomme Rudolph Thaddéus Dunford.

 

Thad', comme ses amis le surnomment, a le teint pâle, le front élevé et d'une raisonnable grandeur, souvent cerné à cause de ses migraines chroniques, les yeux noirs, petits et enfoncés, et les sourcils noirs et épais, mais bien tournés.

Son nez est plutôt grand, et il descend un peu trop bas.

Il porte une fine moustache guidon (ou encore moustache impériale),  telle que celle de Friedrich Nietzsche, avec distinction et prestance.

Il a la bouche large et les lèvres assez rouges d'ordinaire, assez bien taillée.

Il a les dents blanches et passablement bien rangées.

Pour le tour du visage, c'est plutôt ovale, mais avec un peu trop de menton.

Il a les cheveux noirs, naturellement frisés, et avec cela épais et assez longs.

Sa silhouette de jeune homme de 28 ans est mince et dégingandée, mais de taille moyenne.

Thad' est un Dandy très élégant.

Il porte le plus souvent une chemise à col lavallière, un nœud papillon, un gilet de costume, un pantalon à pinces, avec une redingote.

Côté accessoires, il affectionne la canne, les lunettes rondes fumées, les gants, les chaussures vernies, et la montre à gousset, bien rangée dans la poche de son gilet.

Il porte aussi toujours dans une poche de sa redingote sa cire à moustache et des ciseaux à moustache.

Son ample nœud papillon blanc cache le col de sa chemise noire.

Son gilet gris-argent est droit, et discrètement orné d'engrenages aux boutons.

Ce gilet est élégant et brodé, d'un dessin représentant les symboles des jeux de cartes : trèfle, pique, cœur, et carreau.

Son pantalon bleu de Prusse à rayures blanches est peu large, il tombe droit sur ses chaussures vernies.

Son pantalon couvre les 3/4 du pied.

Le tout est donc porté sous une redingote courte à larges manches, à grandes basques et à larges revers.

Sa redingote brune a donc une coupe large de l'actuelle mode flottante, présentée comme de la négligence dans la presse.

Sur ce look de nouveau riche qui veut en mettre plein la vue, Thad' ajoute une petite faute de goût : son couvre-chef !

Il porte en effet un deerstalker (littéralement « traqueur de cerfs »).

Cette casquette de tweed présente une certaine tendance mimétique avec la forêt automnale, et a un confort approprié à la campagne...

Comme son nom l'indique, elle est typiquement portée à la chasse.

Or Thad' la porte en ville, en tout temps et toutes circonstances !

 

Les parents de Thad' sont issus de la middle-class, son père Zéphir Obédiah Dunford était un simple épicier, même si son magasin eut son heure de gloire, assurant à la famille une vie bourgeoise aisée.

Sa mère Mahulda Dunford était secrétaire à la Midland Bank, fondée Charles Geach, qui est un ancien de la Banque d'Angleterre, une banque qui tisse des liens étroits avec les industriels de Birmingham, dans le domaine de l'acier et de la construction ferroviaire.

Rudolph Thaddéus est leur seul enfant, car Mahulda tenait à conserver sa vie active de femme moderne.

Il a donc surtout été élevé par des nounous changeantes, voire laissé souvent livré à lui-même, ce qui a eu deux effets sur sa personnalité : un manque de confiance avéré envers les femmes, qu'il comprend peu, et son manque d'éthique morale.

Pour Thad' seul compte son enrichissement, et son attirance pour les sciences occultes.

Cela a commencé lorsqu'il s'est mis à jouer aux cartes pour plumer les jeunes du quartier.

Il s'est rendu compte qu'il était naturellement doué pour cela, et est rapidement devenu un expert des différents jeux d'argents à base de cartes à jouer : le poker, la belote, le rami, et surtout le bridge évidemment.

Abandonnant ses études de théologie, avant le moindre diplôme, Thad' est donc devenu joueur de cartes professionnel.

C'est alors qu'il a découvert le tarot, d'abord comme jeu, puis comme science divinatoire...

Il s'est totalement passionné pour la tarologie, qui gouverne désormais toute sa vie.

Dans certains milieux occultes, on fait appel à lui pour tirer les cartes et prédire l'avenir, mais il lui arrive en permanence de prendre des décisions en se tirant lui-même les cartes !

Si ce « TOC » est si fréquent, c'est parce que Thad' est encore un adulescent ne sachant pas ce que va être sa vie.

Dans le tarot, on parle d’ « arcanes majeures » comme on parle de « mystères majeurs », c’est-à-dire, de « ce qu’il y a de plus mystérieux » : l’ « arcane », c’est « ce qui est caché ».

Or, quelle est la question la plus mystérieuse et la plus difficile qui soit, pour nous, en tant que sujet pensant ?

C’est la question « Qui suis-je », dont le propre est de nous plonger dans un abîme de perplexité dès qu’elle fait son apparition.

Le tarot permet donc à Thad' de se rassurer sur ses choix, exactement comme il le fait avec ses clients, par des conseils psychologico-mystiques.

La psychanalyse de Jung (qui n'a que 10 ans) et même celle de Freud (qui en est à ses premières recherches) n'existent pas encore, aussi c'est toujours la foi et la superstition qui sont efficaces pour cela.

A force de creuser l'aspect occulte du tarot, en le liant à ses connaissances cabalistiques dues à ses études, il est en arrivé à faire du spiritisme, et même à communiquer avec des revenants à l'aide de ses cartes.

Il a donc développé des dispositions à la magie, et maîtrise même un sortilège pour parler avec les morts.

Quelle va être la destinée de Rudolph Thaddéus Dunford désormais ?

Cela dépend des hasards de l'existence, à moins que les cartes ne l'aient déjà écrite !

 

 

Retour