Messager Galactique Budi Ahmad

 

Archétype Sensit

Sphère psy de l'Invisible

Pouvoir de Médium

Espèce : Terrien

Époque d'origine : 21ième siècle (danseur)

Langues parlées : Bétasorvant, allemand et indonésien

 

Background - BUDI AHMAD

 

Budi Ahmad est un terrien, issu du 21ème siècle.

Il est né en Indonésie en 1990, il y a 29 ans.

Comme 87% des habitants de son pays, il est musulman sunnite. Budi est issu d’une famille bourgeoise de commerçants aisés, il a 5 sœurs.

Son père étant souvent absent pour ses affaires, Budi n’a été élevé que par des femmes, sa mère, sa grand-mère, ses 3 tantes, et ses 5 sœurs toutes plus âgées que lui.

Très doué à l’école, et très sensible aux arts, il a toujours voulu devenir un artiste, aussi son père (qui souhaitait d’abord le voir reprendre son magasin) a fini par céder et a investi dans ses études.

Il a d’abord étudié la musique, puis la danse.

Il est devenu un expert dans toutes les formes de danses indonésiennes, qu'elles soient balinaises, minangkabau de Sumatra ou même dayak de Kalimantan.

 

Ces danses traditionnelles, faites de mouvements lents et gracieux (fortement marqués par l'art martial local, le silat), offrent un contraste extraordinaire avec les formidables roulements des tambours qui les accompagnent.

Budi a donc fait ensuite des études supérieures de danse moderne en Allemagne, car ce domaine n’est pas encore pourvu de bonnes filières de formation en Indonésie.

Il suit une formation exigeante à la « John Cranko Schule », à Stuttgart.

En 1971, dix ans après la création de sa compagnie, le grand chorégraphe John Cranko fonde à Stuttgart cette école qui porte son nom. 

C’est alors la première en Allemagne à offrir un enseignement complet de la danse, sanctionné par un diplôme d’Etat. 

Tadeusz Matacz, qui la dirige depuis la mort de Cranko, accueille 120 élèves de vingt-trois pays. 

L’enseignement comprend huit niveaux et reprend les principes de l’Ecole russe du Bolchoï, dans une progression volontairement lente, mais basée sur la recherche constante d’une qualité maximum. 

Cette base classique solide, appuyée sur la technique Vaganova, est essentielle pour permettre ensuite l’apprentissage de chorégraphies plus contemporaines.

 

Budi se passionne alors pour la danse moderne, postmoderne, et contemporaine.

La danse moderne mise beaucoup sur le rapport unique de l'être humain à l'égard de son corps. 

De plus, la relation entre le corps et l'univers terrestre qui l'entoure y est très exploitée. 

Les chorégraphes font souvent l'éloge de la beauté des corps et les utilisent afin d'exprimer des sentiments profonds. 

La compréhension d'une chorégraphie moderne repose presque entièrement sur les ressentis du spectateur. 

Au lieu de montrer une technique et une esthétique parfaites, la danse moderne montre le réalisme de la vie et de tout ce qui la rend unique. 

D’un point de vue technique, la danse moderne est une danse dite « dans le sol », c’est-à-dire qu’elle inclut des séquences de mouvements sur jambes pliées, par opposition à la danse classique, laquelle pourrait être qualifiée « d’aérienne ». 

Les différentes techniques de la danse contemporaine ont en commun une certaine recherche dans la liberté du mouvement et du corps ainsi que des interactions avec d'autres arts (théâtre, vidéo, littérature, arts plastiques etc…) et d’autres formes scéniques (ouverture vers des lieux publics et la cité en général).

La curiosité de Budi pour l’art de la danse et sa soif d’apprendre n’ont aucune limite.

C’est en internat à Stuttgart que Budi a découvert qu’il était homosexuel (comme tant de danseurs)…

Impossible pour lui de revenir au pays, où il serait renié par sa famille, car en Indonésie cette orientation sexuelle est considérée comme le pire des crimes !

C’est alors que s’est présentée à lui l’opportunité de quitter la Terre, pour suivre la formation à la Mégacadémie.

 

En effet, un messager galactique, nommé Gontran Gloubisch, était alors en mission à Stuttgart, sur une histoire de contre-espionnage, où un oligarque russe utilisait sa fortune pour des tentatives d’ingérence et de manipulation des processus électoraux au sein de l’Union Européenne.

Ce Russe avait par ailleurs acquis certaines technologies alien achetées au marché noir, avec lesquelles il avait bâti sa fortune, son influence était donc considéré comme une anomalie par la Guilde.

Gontran Gloubisch devait saisir une opportunité d’intégrer la troupe d’Itzik Galili, donnant un spectacle de danse contemporaine sur les planches du Theaterhaus de Stuttgart, auquel devait assister le riche Russe.

Il comptait ainsi se transférer en lui et vérifier ses soupçons.

Gloubisch a cherché un allié au sein de la John Cranko Schule et a détecté les pouvoirs mégas latents de Budi ainsi que sa résonnance psionnique.

 

Il l’a alors mis dans la confidence de son besoin d’intégrer la troupe, pour approcher le Russe, se faisant d’abord passer pour un simple espion allemand du Bundesnachrichtendienst (BND).

Pour l’aider, Budi s’est fait engager dans la troupe en remplacement d’un artiste accidenté (auparavant poussé dans l’escalier par Gloubisch !), avec le méga en coach personnel de vie et maquilleur-coiffeur personnel.

Ensuite, Gontran Gloubisch a profité de la soirée de gala suivant la première pour se transférer en son suspect slave…

Une fois sa mission terminée, le méga est revenu voir Budi pour tout lui expliquer et lui proposer de rejoindre la Guilde des Messagers Galactiques.

Budi a sauté sur cette occasion de quitter la Terre, devenant ainsi un Messager Galactique de type Sensit, et de la sphère invisible des pouvoirs de Médium.

Au cours des deux années de formation à Norjane, Budi s’est éclaté, il y avait tant à découvrir parmi les autres cultures, tant de personnes avec qui sympathiser, et tant à apprendre…

Fêtard, amusant, extravagant, doué d’empathie, et très à l’écoute des autres, Budi est vite devenu très populaire au sein des étudiants de la Mégacadémie.

De plus, cette société futuriste était ouverte d’esprit quant à la liberté d’orientation sexuelle, et Budi était enfin bien accepté, et totalement intégré, pour la première fois de sa vie, car même à Stuttgart cette liberté se cantonnait au milieu de la danse, l’homosexualité étant encore plus ou moins tolérée selon les milieux, sur Terre au 21ème siècle.

Il a d’ailleurs profité de cette tolérance pour multiplier les aventures sans lendemain, y compris interspécifiques (avec des partenaires mâles non humains).

 

Il s’est longtemps intéressé à un ethno-ranger nommé Hallen Carter, qui lui a tapé dans l’œil avec son look de biker barbu écolo, malheureusement ce sud-africain est un pur hétéro !

Cette tentative de séduction n’a donc pas porté ses fruits, mais elle a tout de même permis à Budi de se rendre compte que certains, comme Hallen, n’étaient pas aussi populaires que lui.

En effet, les timides, les trop sérieux, les solitaires, et les rabat-joie en général restaient souvent à l’écart, tout seul dans leur coin…

Cela l’attrista, et il tenta par la suite d’accorder du temps pour apprendre à connaitre certains d’entre eux.

C’est ainsi que Buddy prit contact avec la plupart des membres actuels de la « Section des Parias » !

Le Médian Jolinar était un beau parleur, mais son physique de Go’auld infiltré dans un hôte rendait les gens méfiants à son égard.

C’est par contre son caractère obsédé sexuel qui lui permit de sympathiser avec Budi, en participant ensemble à des party privées se terminant souvent en soirées olé-olé.

Le Conceptech Magnüs est un autiste social venant du futur, son regard hautain sur nos technologies les plus évoluées, malgré tout primitives pour lui, le font passer à tort pour un snob.

Budi sait ce que c’est que d’être incompris, et de ne jamais pouvoir rentrer chez soi, aussi il compatit pour Magnüs, et le lui fit sentir en suivant ses interminables exposés techniques jusqu’au bout sans s’endormir (grâce à des boissons énergisantes).

 

Le Fouineur Miles est trop jeune pour traîner avec les autres étudiants, et il vient d’un quartier si pauvre que ça se ressent vite dans son manque d’éducation en société.

Budi apprécie aussi les milieux clandestins, à force de se cacher là où les gays sont tabous, aussi il passa du temps avec Miles à faire de l’exploration urbaine dans la banlieue de la capitale norjanienne et dans son réseau souterrain.

L’Escorteur Oskar a une tronche qui fait peur, il le sait et en joue pour éloigner les gens, car il préfère être seul, et râler à tous les sujets, son sport favori.

Mais Budi trouve qu’il a un charme viril, et il se ferait bien « escorter » de plus près !

Aussi, il est un des rares à savoir quand on peut déranger Oskar pour échanger quelques mots (de préférence cyniques), ou quand on risque de se manger une tarte aux phalanges.

La Biocyb Valéria est une femme magnifique, mais son sérieux au travail n’a d’égal que sa frigidité, aussi se méfie-t-elle de toutes les relations masculines, qu’elle prend soit pour de la drague, soit pour de la rivalité.

Évidemment, avec Budi, fofolle affichée, ces risques n’existent pas, et Valéria est vite devenue sa meilleure copine et confidente.

 

Une fois les deux ans de formation terminés vint le temps de la composition des groupes pour la constitution des sections.

Chaque major choisit un étudiant brillant, qui doit sélectionner les membres de son équipe, un peu comme des lycéens se préparant pour un match de foot.

Le Major Linsay Mc Lambert demanda à Budi Ahmad de s’en charger (elle le choisit justement à cause de son empathie de sensit), et le jeune homme ne la déçut pas :

Plutôt que de prendre les recrues que tous s’arrachaient à cause de leur charisme ou de leur leadership naturel, Budi choisit au contraire les plus impopulaires, afin de leur éviter la vexation de rester sur le « banc de touche » jusqu’à ce qu’on soit obligé de se les partager !

Ainsi fut constituée la « Section des Parias » (auto-surnommée ainsi en hommage à la légendaire « Section des Moutons Noirs »)…

 

BACKGROUND DE BUDI AHMAD
Téléchargez le background de Budi en pdf, avec en bonus des données sur l'Islam, et sur les danses apprises au cours de ses missions...
Background Budi.pdf
Document Adobe Acrobat 813.1 KB

Position de Budi Ahmad vis-à-vis de l’Islam
 
Budi est évidemment un musulman très modéré, qui considère les traditions qu’on lui a inculqué comme un guide moral plus que comme une foi profonde.

Il fait ses 5 prières par jour, et suit l’éthique générale attendue d’un musulman, sauf bien sûr en ce qui concerne l’enseignement vis-à-vis des « perversions sexuelles », et les traditions au sujet de l’habillement et de la pudeur.

En tant que gay, Budy réprouve le jugement de l’homosexualité par sa religion, et par extension déplore les extrémistes et autres terroristes tuant au nom de l’Islam.

Cela fait tout de même de lui un être humain torturé par des tendances assez opposées, entre son attirance pour le même sexe, son mode de vie décomplexé de gay frivole, et la culpabilité ressentie à cause de son éducation religieuse…

 

Look Gay
 
Les vêtements ouvertement gays (genre l’écharpe arabe autour du cou, les slims, les t-shirt rose col U hyper moulant, les jeans moule-culs, piercings, boucles d’oreilles, chemises déboutonné jusqu’au 3eme bouton etc…) se sont démocratisés, même les hétéros en portent aujourd’hui.

Et le seul truc vraiment à la mode chez les gays depuis 2010, mais il ne s’agit pas de vêtements, c’est le fait de porter une barbe longue. 

Cette mode s’est ensuite très largement diffusée parmi les hipsters.

Dans les années 90, c’était différent :  On pouvait constater une forte préférence pour les vêtements d’inspiration workwear et militaire, simples et robustes, avec des treillis, rangers, bombers, débardeurs blancs et chaussures de chantier. 

Le look gay était ultra viril. 

L’objectif n’était évidemment pas de se faire passer pour un ouvrier de chantier ou pour un militaire, mais d’être sexy. 

Ces vêtements donnent une allure masculine et permettent de se sentir sûr de soi.

Budi a donc opté pour un mélange entre le look viril des années 90, le « style bear » mais à barbe courte, mélangé à des marcel moulants aux couleurs pastelles, avec des imprimés kawaii (Hello Kitty, Pikachu, Happy de Fairy Tail, etc…), et de grands rubans fluo dans sa longue chevelure.

 

ILLUSTRATIONS DES LOOKS EN MISSION DE BUDI
Téléchargez en pdf toutes les illus des looks de Budi pour ces différentes missions !
Budi - images missions.pdf
Document Adobe Acrobat 487.2 KB