Messager Galactique Belanna

Archétype Escorteur

Sphère psy de la Matière

Pouvoir de la Télékinésie

Espèce : Terrien

Époque d'origine :  21e siècle (Flic)

Langues parlées : Bétasorvant et Égyptien

 

Père : Kamuzu Samaha, artisan bottier

Mère : Sefkhabu Samaha, femme au foyer

Petit frère : Wessam Samaha, étudiant en commerce international

Coéquipier décédé : Osman Sayegh

Recruteur : Kurt Plisken

 

Belanna Samaha est donc née au 21ième siècle, en 1995, sur la Terre de l’univers QF1, en Egypte, à Dahab, une commune située sur la côte Est de la péninsule du Sinaï.

Cet ancien village de bédouins, dont l'activité principale était la pêche, a connu la construction de plusieurs hôtels et le développement du tourisme qui est aujourd'hui la principale activité du village.

Il s'agit maintenant d'une destination populaire, mais moins que Charm el-Cheikh par exemple.

Dahab est réputée chez les plongeurs sous-marins pour son « trou bleu », un creux dans le platier de corail.

Le trou bleu étant très profond, il a été le lieu de nombreux accidents de plongée, comme le rappellent les plaques commémoratives fixées dans la roche qui le surplombe (en fait une porte de transit se cache tout au fond)…

Longtemps, Dahab a été un lieu de rassemblement des hippies et de jeunes routards, attirés par une atmosphère de liberté cultivée par les bédouins, mais aussi par la marijuana...

Le village a donc beaucoup changé.

Des hôtels cossus ont été construits, remplaçant peu à peu les paillotes.

La population a changé : beaucoup plus de surfers et de plongeurs, au détriment des marginaux, des rastas et des hippies.

Enfant joyeuse et curieuse de tout, Belanna profite du caractère cosmopolite de son village pour se forger une personnalité plus indépendante et ouverte que la majorité des femmes égyptiennes, encore écrasées par un matriarcat sévère en milieu rural.

Malheureusement, la ville est frappée en 2006 (quand Belanna a 11 ans) par un attentat qui fait plusieurs morts, notamment parmi des touristes.

Sa mère Sefkhabu Samaha meurt dans cet horrible attentat !

Son père Kamuzu Samaha a ensuite bien du mal à élever ses deux enfants, ce qui laisse plus de liberté à Belanna, mais la prive de modèle féminin. 

Une fois adolescente, la pègre gangrénant son coin par le trafic de drogue la dégoute tellement, que pour agir elle décide d’incorporer la police…

 

Le 25 janvier 1952, la police d'Ismaïlia refuse de remettre ses armes aux forces britanniques.

Leur résistance devient un symbole du soulèvement pour la jeune nation égyptienne.

La police sous Nasser, Sadate et Moubarak devient par contre un appareil surdimensionné et permet la répression de l'opposition.

Elle coexiste donc avec l'armée égyptienne qui demeure la base fondamentale du régime et le milieu dont sont issus ses dirigeants.

En 1986, l'armée est appelée à intervenir contre le noyau dur de la police, les Forces de la sécurité centrale qui réclamaient un meilleur traitement.

Mais de 1986 à 2011, la police est seule à agir dans les questions de sécurité intérieure.

Sous Moubarak, la police se militarise tandis que le nombre de conscrits augmente et que la chaîne de commandement devient de plus en plus centralisée (autour du président).

Une des particularités de l'organisation policière est l'absence de distinction, au moins pour l'uniforme, entre les différents services : police de circulation, sécurité intérieure, police anti-émeute etc…

Le 25 janvier 2009 (quand Belanna a 14 ans), Hosni Moubarak déclare le 25 janvier jour férié pour fêter le « Jour de la police », prenant acte du poids de l'appareil policier dans la population égyptienne, ne serait-ce que démographiquement, et de la perception négative qu'en ont les Égyptiens, la considérant à juste titre corrompue et répressive (le ministre de l'Intérieur Habib el-Adli est surnommé « Ministre de la Torture »)…

 

Le 25 janvier 2011 (quand Belanna a 16 ans) est choisi par les utilisateurs d'internet non sans ironie comme jour de protestation contre le régime, notamment pour sa répression policière.

Les Forces de la sécurité centrale laissent se dérouler la manifestation initiale (15 000 personnes) mais procèdent à de nombreuses arrestations au cours des jours suivants.

Le 28 janvier, « Jour de la Colère », à la sortie de la prière du vendredi, le peuple se dirige vers la Place Tahrir mais, empêchée par le déploiement des Forces de la sécurité centrale, il s'attaque aux commissariats de quartiers.

Les forces anti-émeute font usage de gaz lacrymogène et de balles en caoutchouc, mais de nombreux morts par balles, notamment au moment de l'attaque du ministère de l'Intérieur, sont imputables aux services de sécurité de l'État.

Dans la nuit du 28 au 29, toutes les forces de police (et non pas seulement les Forces de la sécurité centrale) sont évacuées, et l'armée prend en charge la sécurité.

Malgré le jugement du ministre de l'Intérieur et son remplacement par Mahmoud Wagdi, les appels à la conciliation de l'armée et le port d'un nouveau logo « La police au service du peuple », la police continue de provoquer l'hostilité de la population; elle réapparaît aux carrefours pour assurer la circulation mais reste absente en février et mars dans de nombreuses localités.

La police elle-même manifeste le 13 février pour demander plus de reconnaissance, l'absence de poursuites pour la répression des manifestations et de meilleurs salaires pour éviter la corruption endémique du milieu…

 

Belanna incorpore les rangs des élèves officiers en 2013, elle a 18 ans.

Presque tous les officiers en service ont été diplômés de l'École de police du Caire.

La police a également envoyé des agents à l'étranger pour leur formation.

L'École de police offre un programme de deux ans qui comprend : administration de la sécurité, enquête pénale, exercices militaires, défense civile, lutte contre l'incendie, médecine légale, communications, cryptologie, premiers secours, sociologie, anatomie, et langues étrangères (français et anglais).

Sont également inclus : cours de politique, relations publiques, thématiques militaires (sur l'infanterie et la cavalerie), tir, commandement et exercices sur le terrain.

Les diplômés reçoivent un diplôme et un grade de sous-lieutenant.

La formation des officiers avancée est donnée par sessions de 3 mois à l'Institut d'Études supérieurs de la police, et permet d'accéder au grade de lieutenant-colonel.

Les grades des policiers Égyptien sont sur leurs épaulettes, le premier grade est celui de lieutenant, c’est une étoile sur l’épaulette, le second grade est celui de lieutenant premier, c’est 2 étoiles sur les épaulettes.

Le troisième grade est celui de capitaine, c’est 3 étoiles sur les épaulettes.

Belanna devient donc lieutenant-colonel de police à 20 ans en 2015.

 

Les uniformes de la police sont semblables aux uniformes de l'armée avec l'uniforme de service de coton kaki.

Toutefois, le personnel en service porte un uniforme en laine noir pour l'hiver et une veste de coton et un pantalon de brousse blancs pendant l'été.

Ils portent un béret noir et parfois bleu.

L'équipement de série pour un agent de police qui fait sa ronde est un bâton qui est généralement fait de bois, les policiers égyptiens en général ne portent pas d'arme à feu lorsqu'ils sont en service régulier, cependant, les armes sont toujours disponibles dans les commissariats de police.

Il s'agit notamment de Lee-Enfield et de carabines Rashid et SKS.

Certaines unités spéciales peuvent également détenir des armes automatiques comme des fusils d'assaut Kalachnikov (en diverses versions) et des mitraillettes Heckler & Koch MP5, Port Saïd et Akaba.

Les officiers au-dessus du grade de sous-lieutenant sont autorisés à porter une arme de petit calibre, généralement un pistolet 9 mm (le PA Helwan 951 étant aujourd'hui souvent remplacé par les Helwan 920).

La police du Tourisme et des Antiquités responsable des sites célèbres et des musées égyptiens est équipée de fusils d'assaut Maadi Misr, une version égyptienne de l'AKM et ses officiers portent des Glock 17 et 19.

La police est devenue de plus en plus motorisée et il est maintenant rare de voir un policier en patrouille à pied, sauf dans les centres villes ou les villages.

L'usage de la moto et parfois de la bicyclette se développe.

Contrairement à de nombreux autres pays, la police égyptienne fait un large usage de véhicules utilitaire de sport.

L'Égypte produit ainsi des Jeep en service dans sa police.

Belanna revient dans sa région de Dahab, et patrouille en jeep, avec son coéquipier Osman Sayegh, matraque au côté, et Kalach dans le coffre…

 

Dans chaque gouvernorat de l'Égypte, le gouverneur nommé par le président et un directeur de la police commandent toutes les forces de police et sont chargés de maintenir l'ordre public.

Le gouverneur et le directeur rapportent au Ministère de l'Intérieur sur toutes les questions de sécurité.

Ils rendent compte directement de tout fait touchant la sécurité publique, le gouverneur directement au ministre ou à son adjoint, et le directeur de la police par la hiérarchie policière.

Dans chaque subdivision de l'Égypte, un commandant de police est chargé des mêmes fonctions à son niveau local.

A Dahab, 2 ans plus tard, c’est Belanna qui occupe cette fonction, en 2017.

Mais, malgré sa rapide progression en grade, Belanna se heurte toujours à la corruption du système, et à un sentiment d’impuissance face au pouvoir des trafiquants de stupéfiants…

 

En 2019, alors qu’elle a 24 ans, le commandant de police Belanna Samaha fait une rencontre qui va changer son destin.

Au lieu de se contenter de diriger son commissariat depuis son bureau, elle accompagne toujours son coéquipier Osman Sayegh sur les descentes importantes.

Ils débarquent dans le quartier général, un hangar de pêche, d’un parrain local, sans renforts pour les assister.

Osman Sayegh est tué durant la fusillade, mais Belanna ne doit de rester en vie qu’à l’intervention d’un mystérieux étranger, en réalité le méga Kurt Plisken, enquêtant sur le réseau Nommos…

Kurt décèle la résonnance latente de la jeune flic, et lui propose de rejoindre la guilde des messagers.

Belanna le prend d’abord pour un fou, mais quelques démonstrations technologiques finissent par la convaincre.

Afin d’accéder à de vrais possibilités de lutter contre le crime, à une échelle plus vaste, Belanna accepte sa proposition, et rejoint Norjane…

Elle devient deux ans plus tard, à 26 ans, une escorteuse télékinésiste prête à en découdre !