Première tentative de collaboration, Génésis est vraiment un travail collectif (dans la forme comme dans le fond) entre 5 co-auteurs : mon frère Mimitos, mes pôtes Xavier Ségalié et JC Hautbois, notre ancien prof de français et de latin du collège Bernard Collignon, et moi.

C'est au début de nos études supérieures, que nous avons eu l'idée de ce projet en commun, afin de tous rester en contact, et d'exprimer nos opinions sur la société, à travers une œuvre de fiction. En effet à l'époque nos opinions politiques étaient exacerbées par la fougue de la jeunesse, et nous étions de vrais gauchistes anarchistes, prêt à s'emballer pour la moindre cause.
Le scénario de la BD était donc écrit à 4 (Mimitos, Xavier, JC, et moi), les dialogues si croustillants était co-écrits par Collignon et moi, les dessins préparatoires des personnages étaient fait à 3 (Mimitos, JC, et moi), les engins futuristes étaient conçus par JC, et la BD définitive était dessinée et encrée par moi ! ! !

Dans un futur totalitaire caricatural, la société est gouvernée par le clergé, dont le pape " le grand Péda " est vénéré sur toutes les colonies terriennes à travers l'espace.
3 personnages rebelles à l'autorité théocratique vont se rencontrer par un concours de circonstances, il y a d'abord un ouvrier-camionneur spatial licencié abusivement, puis un lutin écologiste d'une planète arboricole colonisée brutalement par l'empire, et enfin un extra-terrestre immigré clandestin SDF et junkie. Ils vont s'unir pour combattre le système à leur manière.
Leur idée maîtresse est de prendre en otage le système solaire en entier en pointant une fusée explosive sur notre astre, pour obliger par la force le peuple des êtres humains à changer de mode de vie…

Evidement le récit de leurs passés, de leur rencontre, de leur prise de conscience politique, et de la réalisation de leur acte de " terrorisme définitif ", sert de prétexte à une description maquillée par la science-fiction des pires maux de notre monde contemporain, et de (trop) nombreux thèmes sont ainsi abordés : la religion, l'armée, la police, le capitalisme, le patronat, la culture d'entreprise, l'arrivisme, la mondialisation, le tiers-monde, le chômage, la pollution, la déforestation, le rationalisme, le racisme, la drogue, la paupérisation, les médias, la compétition sportive, les transports en commun, la mode, et même la mal-bouffe (" de la merde, oui… mais sans chimie ! "), etc, etc…

Ce pamphlet exhaustif évite de justesse la lourdeur indigeste par son second degré, à base d'un humour noir cradingue… par exemple, à la fin, le grand Péda refuse de négocier avec nos anti-héros terroristes, et l'explosion, qui ne devait être qu'une menace fantoche, a lieu accidentellement… dans un premier temps toute vie disparaît, puis le système solaire se recrée de ses cendres, et la terre connaît à nouveau une préhistoire… on découvre que des primates humanoïdes accèdent à nouveau à " l'intelligence "… et qu'ils idolâtrent encore une fois des divinités supérieures sous l'égide d'un shaman, à la tronche très proche de celle du grand Péda !

Malheureusement, à cause de nos études, le groupe a vite été victime de séparations géographiques qui ont mis fin à ce projet trop ambitieux.

Aujourd'hui, en plus de dizaines de dessins préparatoires, et de la mise en page de l'ensemble de l'album, il reste surtout les incroyables textes et dialogues de Bernard Collignon.

Finalement, j'ai quand même réalisé les planches du prologue, disponibles dans cette galerie :


Dessins préparatoires et recherches sur les personnages


Planches du prologue